La MaaS – Mobility as a service, nouvel enjeu pour les transports ?

Origine : Finlande

Signification : provient de l’anglais « Mobility as a service ».

Définition : Il représente le concept d’unifier les services de mobilité et plus simplement de réunir l’ensemble des moyens de transport d’une ville dans une seule application qui va indiquer à tout moment le transport ou la combinaison de transport la plus adaptée pour se déplacer d’un point à un autre.

La société Transdev, leader de la mobilité au monde, a réalisé une étude sur cette nouvelle technologie. Les résultats sont convaincants puisque la MaaS semble séduire les usagers et en particulier les jeunes qui sont les plus connectés. Ce qui séduit le plus est la facilité d’utilisation, notamment les moyens de paiement (plus besoin de se déplacer en points d’accueil pour payer son abonnement), mais aussi l’offre de transport, complète (tous les moyens de transport sont concernés) qui permet aux usagers d’avoir du choix.

Faciliter le quotidien des utilisateurs

Un utilisateur qui devrait prendre un TER puis un bus pour arriver à l’heure à son covoiturage perdrait énormément de temps à regarder les horaires de chaque pour pouvoir s’organiser. L’application de la MaaS permettrait de n’avoir qu’une application pour regarder cela, mais aussi elle permet de choisir la meilleure combinaison de transport (conseillée par l’application) qui permettra d’aller d’un point A au point B de manière efficace et cohérente. Le fait d’avoir un seul compte sur l’application pour payer tous leurs transports et de payer en ligne permet aussi de faciliter le quotidien des usagers.

Source de développement pour la ville

Le système MaaS et son recueil de données permet d’informer la ville sur les habitudes de transport des consommateurs. Après avoir analysé les moyens de transport privilégiés ainsi que les trajets les plus empruntés, il est alors possible d’améliorer encore plus le système global du transport en commun afin d’encourager encore plus son utilisation.

La nécessité d’une collaboration 

La MaaS alliance, partenariat entre des entreprises privées et publiques, tente de mettre en place la MaaS au niveau européen. L’objectif principal est de faciliter la création d’un marché unique afin de développer plus rapidement les services MaaS. Des planifications sont mises en place en Europe mais rien n’est encore fait.

Pour mettre en place la MaaS et garantir son utilisation, il faudrait que tous les acteurs convergent ensemble autour d’une même politique afin de mieux vendre leurs offres sur la plateforme. Pour le moment, les transports en commun ne sont pas le moyen de locomotion le plus utilisé, seulement 2% de rentabilité. Les acteurs plus indépendants comme les Taxis par exemple arrivent à avoir une meilleure rentabilité, il est alors compliqué d’imaginer que ces acteurs abandonnent leur rentabilité personnelle afin de s’allier à d’autres. Ils partageraient alors tout sur cette plateforme (les trajets, les revenus, les plateformes de paiement…), ils s’engageraient ensemble et seraient donc tous responsables du bon fonctionnement de la plateforme MaaS. Certains acteurs ne souhaitent pas perdre leur indépendance et préfèrent rester seuls sans cette plateforme.

Les acteurs  doivent tous partager leurs données (“open-data”) entre eux afin qu’elles soient collectées et utilisées pour construire l’application. Or, la SNCF, RATP, Transdev et Blablacar ont créé un groupe dans lequel ils partagent leurs données tarifaires et titres de transport. C’est une alliance qui montre que les acteurs veulent bien s’associer seulement avec des acteurs de même taille qu’eux et qui n’utiliseraient pas ses données contre eux.

Des freins à la mise en place

Aujourd’hui, environ “75% de la population prend sa voiture pour aller travailler et 11% les transports en commun”. En effet, les usagers gardent l’habitude de prendre leur voiture personnelle pour se déplacer et cela peut importe la durée du trajet.

Pour une majorité d’entre eux, la raison s’explique par le fait que les transports en commun ne passent pas forcément aux heures voulues, il y a moins de confort et le trajet n’est pas forcément celui que l’usager souhaite réaliser. Pour toutes ces raisons, le transport collaboratif ne semble pas encore adapté aux besoins actuels des consommateurs qui cherchent avant tout la facilité et la rapidité.

Le système de la MaaS serait géré par un opérateur central appelé “MaaS operator”. L’un des principaux problèmes est que si tous les opérateurs s’allient à cet outil comme les compagnies ferroviaires, les taxis ou les bus, ils devront transmettre leurs données personnelles (horaires, tarifs, revenus globaux…). Ce MaaS opérator aura alors une sorte de monopole sur tous ces acteurs et ces derniers seront dépendants de l’application.

 

 

 

Leave a Comment